La roulotte aux trilos

Statut du collecteur

mercredi 2 janvier 2013 par paleo56

Un Cap

COLLECTEURS INITIES
Les collectionneurs doivent devenir des collecteurs autonomes en réseau :
Les échanges d’informations, de sites, de fossiles entre paléontologistes n’ont d’intérêt que si chaque individu s’est forgé un ensemble de compétences et qu’une partie de celles-ci lui sont propres. C’est le collecteur expérimenté (et pas le collectionneur investisseur) qui est à la pointe de ces compétences.

LA COLLECTE ET APRES…
La collecte des fossiles, des coquillages et des laisses de mer est autant l’affaire des professionnels rigoureux que des amateurs passionnés.
Contrairement au professionnel, l’amateur ne fait souvent aucun relevé statistique des espèces (par unité de surface), des orientations des spécimens, des épaisseurs de bancs. Il est en revanche beaucoup plus réactif pour intervenir et sauver les spécimens dans les chantiers de courte durée et plus obstiné pour s’insérer dans les carrières ou sites industriels au sein desquels toute collecte est, soit« un frein à la productivité du chantier », soit un parcours d’obstacle (ou d’influence) à long terme pour obtenir une autorisation.

Le simple recoupement des informations ou une prospection aboutie, parfois sans lendemain, reste cependant une étape enthousiasmante.
Parce que le statut juridique d’un terrain fossilifère exclut parfois toute possibilité de fouille ou parce qu’il y a insuffisance momentanée des moyens scientifiques nécessaires ou par réactivité irréalisable d’intervention. Lorsqu’il y a crainte de pillage (courant après l’annonce d’une découverte), il est parfois préférable de se satisfaire du relevé géographique du site. La recherche systématique   de nouveaux sites peut aussi constituer un défi qui se suffit à lui-même.

Éventuellement prélever, préparer, identifier les échantillons pour les confronter et les insérer à terme dans le patrimoine scientifique et culturel de l’humanité.
Le prélèvement de fossiles non étudiés ou d’un coquillage   dont la présence n’est pas décrite ne peut légitimement se satisfaire d’une détention secrète. Son intérêt doit pouvoir être évalué grâce à une identification exploitable par la science ou la collectivité (gîte, strate, identification).

Faire vivre les spécimens, les expériences et les connaissances acquises
lorsque les pièces se révèlent scientifiquement originales, nous avons obligation éthique de les soumettre à étude. Une collection n’ayant pas d’intérêt scientifique peut par contre faire sans problème l’objet une exploitation pédagogique dans des écoles ou dans des milieux associatifs.

Des écueils

ETAT DES LIEUX DE LA FOUILLE EN FRANCE
L ’âge d ’or des multiples carrières artisanales s ’est achevé au milieu du 20è siècle :
L’exploitation des matériaux sédimentaires pour la construction et notamment la pierre de taille (tuffeau, grès, grauwacke) s’est marginalisée après la deuxième guerre mondiale. Seul le schiste  , matériau de couverture exploité pour l’ardoise   survit en marge du marché sur Angers et Carhaix. Le falun  , sédiment   non consolidé utilisé jadis pour l’amendement des terres, n’est plus exploité qu’épisodiquement et anecdotiquement sur l’Anjou ou les Côtes d’Armor. La collecte reste donc matériellement possible là où la roche est à nu, en montagne ou dans les carrières industrielles qui l’autorisent marginalement, mais elle s’est considérablement réduite dans les régions de faible altitude.

Une législation de restriction en gestation peut-être incontournable :
Une loi européenne est venu limiter la profondeur de creusement des sablières en Touraine à 5m, voire même 3m. Cette précaution permet de préserver le filtre naturel que constitue le sable pour les eaux d’infiltration s’enfonçant dans la nappe phréatique ;inconvénient, elle ne permet plus l’accès aux couches à restes de mammifères situées entre 5 et 8m de profondeur.
• Une réglementation sur la paléontologie   amateur est également censée voir le jour. Celle-ci a pour objectif de définir dans les textes les limites autorisées de la fouille amateur et de la détention des collections ; même si elle a parfois des justifications fondées sur le plan environnemental (exemple de certaines zones côtières), elle ne pourra se révéler à terme que restrictive pour l’amateur. On notera cependant qu’elle ne définit aucune limite aux carriers industriels. Au royaume de la législation, le concasseur serait-il roi ?
• Parallèlement à cette réglementation, des réserves géologiques naturelles listent d’année en année des géosites. Ils s’intéressent avant tout aux sites grandioses et visuels et sont aussi élaborés dans un but de tourisme économique. La collecte reste donc avant tout une sauvegarde et une préservation des dégradations de l’érosion (importante en montagne et en zone côtière) ou des engins de chantier.

Tentations spéculatives ?
A mesure que la porte française des fouilles amateurs se ferme, les portails internet ouvrent à une plus large population spéculative les échantillons en provenance de l’étranger, accroissant ainsi la pression sur les fouilles sauvages dans tous les pays. Le naturalisme   éclairé se retrouve parfois débordé par les riches amateurs d’art. Au détour de certaines ventes à sensation, le fossile  -objet semble renvoyer aux rebuts le fossile témoin de l’évolution et de l’environnement ; en réalité il s’agit très rarement de la même population.

Un vent nouveau

Un fossile à l’air libre est à terme un fossile condamné….

JPEG - 157.4 ko
fouille en décharge
1994 : Fouilles de sauvegarde d’une paléofaune ordovicienne dans une décharge publique en voie de comblement.

Un renouveau sur le terrain
Au regard du virtualisme numérique, qui a même touché la géologie   prospective, et des grandes difficultés du monde associatif, on pourrait craindre le pire pour le naturalisme dans son ensemble. On constate en réalité que de jeunes paléontologistes professionnels et amateurs sont bien présents sur le terrain, au moins sur l’ouest de la France. Des publications et conférences régulières, comme celle de la Société Naturaliste   de l’Ouest de la France, montrent que le naturalisme est bien vivant et qu’il ne demande qu’à partager les plaisirs de la connaissance et de la découverte.
Souhaitons-lui longue vie !


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 784 / 18336

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Assos et chercheurs   ?

Visiteurs connectés : 0